Pat Johnson évoque MJ

Le photographe Pat Johnson avoue avoir aisément réalisé dans sa carrière autour d’un million de clichés de personnalités des mondes du spectacle, du sport et de l’économie.

https://patjohnson.com/

Invité du podcast “Culture Capsules” avec Mr Wendell diffusé le 16 novembre dernier sur Spotify, P. Johnson est revenu sur les 3 jours qu’il a passés avec les frères Jackson en 1976 à San Francisco.

Il a confié : “C’est une histoire merveilleuse qui me fait ressentir à la fois des frissons et de la tristesse. (…) Les Jackson venaient de quitter Motown, ils faisaient la promotion de leur premier album chez Epic, et mon ami Joel Newman d’Epic les a fait venir ici pour passer 3 jours à promouvoir le disque, les amener dans des stations de radio, …. (…)

[Michael] est la personne la plus agréable que j’ai rencontrée dans ma vie. Je le pense du fond du cœur. Je me rappelle de cette voix (Pat Johnson fait une voix haut perchée, ndlr) – me demander Hey, tu as une petite amie ? Comment elle s’appelle ?” . J’ai répondu “Denise””, c’était le nom de mon épouse. Il s’est levé – c’était dans une station de radio (…) – j’en pleure encore – et il a fait le tour de chacun de ses frères pour signer une dédicace “to Denise”. (…)

Johnson a également expliqué que Michael était attentionné, et prenait de ses nouvelles chaque matin quand il arrivait. Il lui a par exemple demandé “Qu’as-tu fait l’autre soir Pat ?” et quand le photographe lui répondait qu’il avait joué au softball, MJ était intéressé et “voulait vraiment connaître tous les détails de [sa] partie“. Et Pat Johnson de conclure : “15 ans et il était déjà comme un père“.

Le photographe est ensuite revenu sur un moment plus sombre qui s’est déroulé le 3ème jour de cette visite promo : “une séance de dédicaces à Jax Records sur Haight Street organisée par Joel Newman” un de ses amis qui était en lien avec Epic.

Il précise pourquoi le système de sécurité était très léger ce jour-là : “Je crois que deux semaines auparavant ils étaient à Los Angeles et il n’y avait pas eu grand monde. Donc Joel n’avait pas prévu beaucoup de gardes du corps et de policiers. Mais [ce jour-là], des milliers de personnes, majoritairement des enfants, sont venus.

A la sortie de leur limousine, les frères Jackson, ainsi que leur père Joe, ont dû se frayer difficilement un passage pour gagner l’intérieur” du magasin.

Le reste du récit, qu’il indique avoir raconté dans son ouvrage “Blue Collar Photographer”, correspond à la version qu’il avait publiée sur son site patjohnson.com ainsi que sur le site sfae.com dont nous reprenons ici la description:

À un moment donné, la foule était tellement dense. Tout le monde avançait lentement jusqu’au moment où les personnes qui étaient devant ont été poussées à travers les immenses baies vitrées. Je me tenais à la fenêtre en train de prendre des photos et l’instant qui a suivi, les fenêtres ont commencé à s’incliner et à s’écraser ! tous ces enfants ont volé à travers les vitres. C’était horrible, des enfants partout dans des flaques de sang. J’ai en main des photos qui auraient fait la une des journaux de la baie [de San Francisco], des histoires partout, mais je ne pouvais pas le faire à Michael et Epic. alors j’ai mis la pellicule en poche et je ne l’ai jamais sortie. J’ai sans doute perdu de l’argent et de la notoriété, mais j’ai gardé mon intégrité. Je voulais protéger les Jackson et Epic.

La tristesse que j’ai vue sur le visage de Michael ensuite m’a montré qu’il avait une existence difficile. Jamais rien ne fut normal pour lui, superstar depuis l’âge de cinq ans. Je me suis senti triste pour lui“. [sfae.com]

Johnson a aussi raconté à Culture Capsules que partout où Michael allait, c’était de la folie “Quand nous allions à un endroit, en 10 minutes, 30, 40, 50 personnes arrivaient là-bas en criant “Oh Michael” , et cela partout où le gamin est allé. Il était encerclé. J’étais triste pour lui.

Vous savez, je suis un enfant de Cleveland, à l’époque j’étais pauvre. Lui millionnaire. Mais j’avais de la peine pour lui et d’aucune façon je n’aurais aimé vivre ce qu’il vivait.”

Comme il l’a lui-même reconnu, si Pat Johnson avait choisi de vendre aux grands magazines américains ses clichés les plus gores de cette séance de dédicaces qui a tourné à “l’émeute” en ce jour de 1976, cela aurait sans doute fait l’effet d’une bombe.

Dans l’histoire de MJ, il y a eu des mouvements de foules dramatiques avec des blessés, et , sans fard, nous vous en avons toujours parlé lorsque nous en avions connaissance. Il y en a eu à différents moments en Angleterre, en Allemagne,…

Alors peut être que les vraies et les fausses sceptiques du blog “potins-de-stars.com”, encore aigries par les revers juridiques successifs de Wade Robson et James Safechuck, seront capables de vous écrire un article sur un Michael Jackson à l’origine de tous les maux de la Terre.

Mais les artistes ne maîtrisent pas tout ce qui se passe et laisser croire qu’ils sont omnipotents est malhonnête.

Sources : Culture Capsules / patjohnson.com / sfae.com / MJLegend / MICHAELzine

Pour en savoir plus sur le passage des frères Jackson chez Epic, n’hésitez pas à lire la chronique que nous avions postée il y a quelques années sur MJLegend :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.