Le Jacksonisme est-il en crise ?

Les événements dramatiques qui touchent en ce moment nos sociétés, de l’épidémie de Covid-19 à la désorganisation de nos économies en passant par la peut être nécessaire redéfinition de notre rapport aux autres, remettent en cause un certain nombre de nos certitudes. 

Parmi ces certitudes, il y a une manière de voir les choses inspirée par le fait d’être fan de Michael Jackson, ce que nous appellerons dans cet article, et pour plus de légéreté, le « Jacksonisme ».

Nous n’avons jamais fait partie des personnes qui voyaient MJ comme un dieu ou un être infaillible, un être supérieur qui donnerait les réponses à tous nos maux.

Selon nous, Michael Jackson, au même titre que d’autres artistes dont les uns et les autres sont fans, peut influer sur notre vision des choses même si nous nous forgeons notre propre opinion et que nous avons chacun des personnalités différentes.

On peut aussi se rapprocher de l’univers d’un artiste car il correspond à certaines de nos valeurs. En comprenant cela, on sort du cliché, parfois volontairement véhiculé par les médias, de fans qui ne savent pas réfléchir sans prendre conseil auprès de leur idole.

Etre fan, c’est entretenir une relation avec l’univers d’un artiste et cela ne signifie pas obligatoirement être un fanatique. Les forums de fans sont d’ailleurs souvent les espaces où l’idole est souvent critiqué plus qu’encensé.

Les idéaux des chansons jacksoniennes rattrapés par la réalité ?

Que ce soit dans des chansons comme “Man in the mirror”, “Keep The Faith”, “Heal The World”, “We are the World”, “Cry”, “What More Can I Give?” à chaque fois Michael Jackson a diffusé une certaine vision du monde.

Il ne développait pas une conception “bisounours” mais un message de responsabilité individuelle et collective conscient des drames dans le monde ou des difficultés du quotidien.

Le message sous-jacent oscillait entre la nécessité de fraternité face à la haine mais aussi, voire surtout, le fait de se prendre en main pour changer intérieurement avant de pouvoir changer le monde.

Michael Jackson a de son vivant exprimé cette idée selon laquelle, il ne faut pas tout attendre des gouvernants. Il faut déjà agir à notre niveau et dans notre quotidien.

Bien sûr, parler de fraternité quand les Etats se barricadent, quand les personnels de soins sont parfois la cible d’actes violents, quand c’est du chacun pour soi au moment de refaire ses réserves de nourriture, cela peut paraître en décalage complet.

En réalité, le message diffusé par Michael Jackson garde tout son sens : n’attendons pas que les gouvernants agissent, prenons nos responsabilités.

Respectons les consignes sanitaires pour protéger les autres mais ne tombons pas dans le panneau des discours officiels (et nous ne parlons pas uniquement de la France, mais aussi de la propagande chinoise, de ce qui s’est dit aux USA, etc.).

N’attendons pas les consignes d’un Etat pour agir. Prenons sconcience de la gravité de la situation et agissons nous-mêmes en conséquence pour éviter une plus large diffusion du virus Covid-19.

Soyons solidaires et les lignes bougeront.

Il y a une semaine l’Estate Michael Jackson a actualisé le message de “Heal The World” (“Guéris le Monde“) autour de la thématique du Covid-19 en guise d’appel à la fraternité dans ces heures sombres.

Dans notre précédent article, qui portait sur l’épidémie, nous avions choisi en guise d’accroche une image extraite du tournage du vidéoclip Earth Song. Ce n’était pas un hasard.

Dans “Earth Song”, M. Jackson évoque les ravages de la guerre tout comme la destruction de l’environnement et l’extermination d’espèces animales.

Là aussi , à nos yeux, cette problématique est plus que jamais d’actualité. Plusieurs virus, comme le VIH et Ebola, sont probablement à mettre en lien avec les conséquences de la déforestation.

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sida-on-connait-desormais-l-origine-des-quatre-souches-du-virus_28661

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/ebola-a-l-origine-de-l-epidemie-un-enfant-jouait-dans-un-arbre_12490

Ou en tout cas à des atteintes portées à des espèces animales, comme avec le SRAS (la civette) et possiblement avec le Covid-19 (le pangolin ?).

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/non-la-chine-n-a-pas-tire-les-lecons-du-sras_2117153.html

Il ne souffre d’aucune contestation que le jacksonisme donne des clés de compréhension pour ce qui arrive aujourd’hui, sur les différents virus évoqués plus haut, que ce soit pour la déforestation ou la consommation de viande d’animaux sauvages.

On parle pourtant d’un artiste et de ses chansons. Pas d’un homme politique et d’un projet de société.

Le grand public connait dans son ensemble, le message de Michael Jackson et a toujours perçu ces chansons comme des avertissements et des appels à une prise de conscience.

Les médias et les partis politiques voudraient plutôt vous proposer de suivre le dernier venu, sur lequel ils pourront vous vendre des heures de programmes et des tonnes d’articles.

En mars, Lionel Richie confiait au magazine “People” avoir essayé de réfléchir à l’écriture d’une nouvelle chanson pour récolter des fonds à destination des victimes du Covid-19. Mais à chaque fois, certaines paroles de “We are the World”, qu’il a co-écrites avec M. Jackson, s’imposaient à lui : “Il y a un choix que nous faisons, nous sauvons nos propres vies”

Pour Richie, 35 ans après sa sortie, le message de “We are the World” est “tellement clair”. Clair et actuel : en luttant tous ensemble contre la pandémie, nous sauvons des vies dans le monde mais aussi nos propres vies.

Sommes-nous devenus amis avec les médias ?

La situation tragique que nous vivons suscite des incertitudes et des questionnements. C’est donc tout naturellement que les personnes se tournent vers les médias pour avoir des réponses.

Journaux télévisés , émissions spéciales à la TV et à la Radio, nous accueillent désormais sur un ton compatissant, pour nous dire de les suivre car ils vont nous accompagner dans le décryptage des événements.

La défiance envers les médias présente dans l’oeuvre de Michael Jackson, comme par exemple dans les titres “Tabloïd Junkie”, “Leave me alone”, “They don’t care about us”, “Scream”, est-elle par conséquent à mettre aux oubliettes ?

En réalité, rien n’a changé. Les médias se sont simplement adaptés avant de laisser entrevoir à nouveau leur véritable visage. La crise persistant, et chaque chaine d’infos ou radios abordant le même sujet, il faut se démarquer et revenir aux polémiques, aux sujets faits à la va-vite sans vérification des sources ou sans questionnement pertinent aux réels responsables.

Lors de tables rondes, les animateurs plus que journalistes, n’ont aucun scrupule à interroger un constitutionnaliste ou un éditorialiste politique sur l’efficacité d’un traitement médical ou un médecin aux urgences sur les solutions à envisager pour la relance de l’économie. Tout cela est pathétique mais permet des débats foutoirs d’où peuvent sortir des moments de cirque qui attireront les spectateurs ou les auditeurs.

Alors que le déconfinement n’est pas à l’ordre du jour, les médias ont multiplié les sujets quotidiens pendant plusieurs jours pour laisser entrevoir aux français cette possibilité (“qu’est-ce que vous allez faire au moment du déconfinement?”, “comment allons nous nous organiser ?”, “qui va être déconfiné en premier ?”,…).

Demander aux gens d’envisager le déconfinement, de s’imaginer dehors, leur donner encore plus envie de retrouver des êtres chers dont ils sont séparés alors que la plupart font l’effort depuis 3 semaines de rester confiné, c’est malsain. D’autant que les médias savaient très bien, comme ceux qui suivent l’évolution de la pandémie dans notre pays, que le confinement allait être prolongé.

Tous les médias ne jouent pas leur rôle d’information du grand public. Ils jouent avec vos émotions, vos peurs, vos angoisses.

En réalité, les médias sont faussement fédérateurs. Il y a l’image qu’ils veulent donner pour être perçus comme crédibles et une fois que vous les regardez, ils mettent en route les polémiques, les oppositions entre personnages, les petites phrases sorties de leurs contextes qui nous font rester devant l’écran ou écouter la radio car nous sommes choqués et que nous cherchons à comprendre où les débatteurs veulent en venir.

Il est déplorable de sentir à certains moments comme une jubilation de la part d’animateurs radio , ou présentateurs/présentatrices de JT ou d’émissions sur les chaines infos, à surjouer à l’aide d’une avalanche de qualificatifs, quand ils présentent la crise sanitaire.

Normal, leurs audiences étaient en berne avant la crise sanitaire, ils risquaient leurs places et ils retrouvent depuis 3 semaines des parts de marché qu’ils voyaient de plus en plus inaccessibles.

Bien évidemment, nous ne mettons pas tous les médias dans le même sac et il arrive que certains sujets soient abordés avec sérieux. Cela dépend des moments.

Mais de nombreux médias n’ont pas changé et sont prêts à tout pour faire de l’audience. Et notre défiance envers eux n’en est que renouvelée.

A nous d’aller chercher l’information là où elle est : https://t.me/s/coronalive

A chacun de se faire sa propre opinion.

L’image de Michael Jackson vieillit mal ? Réfléchir par rapport à lui, c’est être déconnecté de la réalité ?

Associer Michael Jackson à quelque chose de démodé peut paraître compréhensible. Les nouveautés sont en effet nombreuses en termes de looks et d’apparence.

Problème : ce que nous vivons aujourd’hui nous montre que certaines critiques sur son apparence assénées sans arrêt de son vivant traduisaient une bêtise pathétique.

Que n’avons-nous pas entendu sur le vitiligo de Michael Jackson pendant plusieurs décennies ?

Mais il a suffi que les médias et les personnes qui le critiquaient décident plusieurs années après sa mort de trouver intéressants pour leurs articles ou leur réflexion le cas du mannequin “Winnie Harlow” pour qu’ils fassent la morale sur le respect de cette différence et nous racontent l’histoire du vitiligo comme s’ils nous apprenaient quelque chose de nouveau.

Les fans de Michael jackson étaient sensibilisés à cette maladie bien avant que les médias ne décident un beau jour d’en parler dans leurs colonnes.

Vous vous rappelez de Michael Jackson, l’homme bizarre qui cachait une partie de son visage derrière un masque chirurgical, montré comme Wacko Jacko (“Jacko le Dingue”) ? On disait même qu’il avait peur des microbes et des maladies. Ils le condamnaient car il portait ce masque.

Aujourd’hui, le port d’un masque, même en tissu, est de plus en plus recommandé pour le quotidien afin de limiter la propagation du Covid-19.

Et les médias nous en parlent comme s’il s’agissait de la découverte du siècle, alors que dans certains pays asiatiques, le port de ces masques est fréquent et que pendant des décennies beaucoup se sont foutus de cet étrange Michael Jackson…

Désolé, mais nous ne pouvons pas être en retard sur les médias que nous devançons.

Le Jacksonisme est mort car il n’y a plus d’actualité sur Michael Jackson ?

Plus d’actualité MJ donc impossible de vivre sa passion ? C’est vrai que lorsque Michael Jackson était parmi nous, il inspirait des réflexions en rapport avec l’actualité. Le Jacksonisme était puissant.

Mais le Jacksonisme, nous le construisons aussi. Bien évidemment l’actualité officielle est ultra-limitée. Mais il y a des choses qui se passent.

Nous apprenions notamment le 26 janvier que le show “MJ ONE” du Cirque du Soleil avait placé en quarantaine 7 performeurs revenus d’un voyage en Chine. Bien qu’ils n’aient pas été dans des régions concernées par l’épidémie et qu’ils ne présentaient aucun symptôme, la direction du spectacle avait décidé cette mesure à titre préventif.

Une décision actée 5 jours avant que le gouvernement américain ne prenne la première mesure de mise en quarantaine des voyageurs venant de Chine.

Côté musical, fin mars Rodney Jerkins a notamment fait écouter lors d’un chat live un extrait de la démo de “You Rock My World”‘ (chantée par LaShawn Daniels)

Il y a aussi la publication de podcasts MJ :

Un Chris Tucker toujours aussi déjanté (24 mars) :

L’Estate Michael Jackson a remis en ligne sur Youtube de manière temporaire 2 concerts (Tournées du BAD Tour et du Dangerous Tour) :

Prince Jackson continue à développer des actions caritatives à travers la Heal Los Angeles Foundation (Avril).

https://www.instagram.com/p/B-SU_0NALNx/

Paris Jackson continue sa carrière de modèle et de chanteuse. Elle a aussi publié des clichés rares de son enfance (Février) :

Il y a aussi des mixes de plus en plus réalisés à partir de multitracks qui invitent à redécouvrir la musique de Michael Jackson :

La diffusion de vidéos inédites (ici lors d’une birthday party, en studio d’enregistrement ou encore avec Nelson Mandela) (avril) :

Côté actualité de l’équipe, nous travaillons sur 2 projets, que vous pourrez découvrir prochainement sur notre petite chaine Youtube “Mzine Music” :

La vidéo des résultats des Too BAD Awards qui comporte également un hommage à MJ.

Nous avons avancé sur de nombreux aspects. Mais soucieux d’avoir une vidéo qui respecte des copyrights, nous prenons parfois un chemin un peu long pour la fignoler. Elle est très avancée dans sa réalisation.

Autre projet :

Nous avons aussi décidé de vous proposer quelque chose d’original, avec une chanson composée par SEB KA et SPLEEN. MJ est un peu évoqué , mais il ne s’agit pas d’une chanson sur MJ.

La chanson évoque la situation que nous vivons tous actuellement.

Nous avons eu la chance qu’un Pro de talent accepte d’interpréter notre compo et nous voulons partager cela avec vous en ces temps de confinement. La mise en ligne est pour bientôt.

Et pour conclure, nous aurions envie de dire que cette chanson montrera que l’on peut être fan de MJ, avoir sa propre personnalité mais aussi être conscient de ce qui se passe autour de nous. C’est un cadeau que nous souhaitons vous faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *