We Are…

Ken Kragen, manager et producteur prolifique dans le domaine du divertissement et organisateur-clé dans la réalisation du single caritatif de 1985 “We Are the World”, est décédé de causes naturelles dans sa maison de Brentwood, en Californie, mardi. Il avait 85 ans.

“Bien que je sois bien sûr immensément fière de tout ce qu’il a accompli professionnellement, il a également été pour moi le meilleur père que j’aurais pu demander”, a déclaré la fille de Ken Kragen, Emma Kragen, dans un communiqué.

Kragen était né à Alameda, en Californie, le 24 novembre 1936. Diplômé de la Harvard Business School, il débuta ensuite une carrière dans le cinéma, la télévision et la musique.

Après l’annonce de sa disparition, Quincy Jones ,qui était à la baguette en studio au moment de l’enregistrement du titre “We Are The World”, a déclaré :

Ken a travaillé sans relâche pour le compte des artistes qu’il représentait, mais ce que j’aimais le plus chez lui, à part l’essence de son esprit, c’était qu’il avait une compréhension à 360 degrés dans la manière dont la combinaison de l’art et du commerce pouvait être utilisée pour faire du monde un endroit meilleur. En tant que l’un des partenaires organisateurs originaux de” We Are the World “, sans son expertise et ses compétences spécifiques, nous n’aurions peut-être jamais eu l’impact mondial considérable que nous avons eu.

La chanteuse Dionne Warwick lui a aussi rendu hommage :

Mais je…

Photo extraite du dossier promo de “We Are The World” Scan : MICHAELzine

En réunissant 45 artistes pour ce titre, les organisateurs avaient pour mot d’ordre de faire en sorte que chacun laisse son ego de côté pour servir le projet. Au “Je”, il fallait préférer le “Nous”.

“Nous sommes les enfants du monde” comme dit la chanson.

Ce projet reste le plus célèbre de Kragen. Côté agenda, tout a commencé fin 1984 avec un appel téléphonique d’Harry Belafonte, désireux de récolter des fonds pour les africains, notamment en Éthiopie, où une famine avait fait des millions de morts. L’enregistrement britannique “Do They Know It’s Christmas?” qui mettait en vedette George Michael, Bono et bien d’autres, avait été un succès majeur, et Belafonte voulait organiser un effort similaire de l’autre côté de l’Atlantique.

« J’avais besoin d’une jeune génération d’artistes, ceux qui étaient à l’époque en tête des charts : Michael Jackson, Lionel Richie, Kenny Rogers et Cyndi Lauper. Quand j’ai regardé le management de la plupart de ces artistes, je n’arrêtais pas de voir le même nom : Ken Kragen », écrivait H. Belafonte dans ses mémoires « My Song » (2011).

Kragen était hésitant au début, précisait Belafonte, mais il a appelé L. Richie, qui a dit oui. Rogers a dit la même chose, tout comme Quincy Jones et des dizaines d’autres, dont Michael Jackson, Bob Dylan, Bruce Springsteen et Stevie Wonder. “We Are the World”, co-écrit par Jackson et Richie, s’est vendu à des dizaines de millions d’exemplaires et a remporté des Grammys pour le disque et la chanson de l’année.

L’une des plus grandes fiertés dans sa carrière artistique fut pour K. Kragen de recevoir le 24 octobre 1985 la Médaille de la Paix des Nations Unies pour la production du projet “We Are The World”.

“We Are The World” est de toute évidence un titre hors-norme. Bien que de très belles reprises voire des tentatives de régénérer le projet aient existé, aucune n’a eu le même impact [et on s’est parfois rapproché de la catastrophe industrielle sur le plan musical comme en 2010].

Pour en savoir plus sur ce titre phare, vous pouvez consulter la chronique que nous avions publiée sur MJLegend :

Les cardinaux en costume :

Bien évidemment , sans compter les décideurs qui n’ont pas bougé le petit doigt, vous trouverez toujours des détracteurs qui critiqueront “We Are The World” en mettant en avant les limites du projet : quelles retombées concrètes pour les Ethiopiens victimes de la famine? Un exemple de l’impérialisme américain, une chanson parmi d’autres, etc.

C’est volontairement ignorer la situation instable de l’Ethiopie en 1984-1985 marquée par des zones de guerre civile et le détournement de l’aide humanitaire par le gouvernement du pays.

En composant “We are the World” avec Lionel Richie et en étant l’une des figures importantes associée à la promotion de ce titre, Michael Jackson a joué pleinement son rôle d’artiste. Il a mis son talent au service d’une noble cause, appelé à la solidarité et participé à sauver des vies.

Si “We are The World” n’a pas été le premier titre caritatif, c’est indéniablement l’une des chansons les plus marquantes de l’histoire de la musique contemporaine, à l’impact mondial, séduisante par son esprit et de toute beauté dans son résultat avec une production de très haut niveau.

Sources : Variety.com / MJLegend/ MICHAELzine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.