Le seul et l’unique…

Disney + France diffusera le 11 septembre le film “Le Seul et Unique Ivan“. Ce film réalisé par Thea Sharrock à partir d’un scénario écrit par Mike White, basé sur le roman pour enfants du même nom de K. A. Applegate devait à l’origine bénéficier d’une diffusion au cinéma.

Dans sa version américaine, le film met en vedette les voix de Sam Rockwell, Angelina Jolie, Danny DeVito,Chaka Khan, Ron Funches,…

Ivan est un gorille qui a réellement existé. Capturé en 1962 en République Démocratique du Congo, il vécut 50 ans en captivité avant de s’éteindre en 2012.

Si le best-seller de Katherine Alice Applegate en 2013 puis le film de 2020 proposent une adaptation très libre de son histoire, il n’en demeure pas moins qu’en 1991, National Geographic Explorer diffusa le documentaire “The Urban Gorilla” dans lequel apparait Ivan.

Ivan était montré dans son petit enclos tandis qu’un autre gorille, Willie B., qui avait vécu auparavant dans des circonstances similaires, mais avait depuis été placé dans un zoo avec un vaste espace, réapprenait le comportement naturaliste des gorilles. Le contraste entre les deux gorilles était si prononcé que du jour au lendemain, Ivan était devenu une préoccupation nationale pour le bien-être animal. Son histoire se voyait consacrer des articles dans des publications comme le magazine “People” et “The New Yorker”.

Au delà du film, si l’histoire d’Ivan rejoint celle de Michael Jackson, c’est qu’en 1992, le quotidien “The Seattle Times” affirmait que la star souhaitait offrir un espace de vie plus décent à ce gorille en aménageant un lieu dans son ranch de Neverland qui accueillait déjà plusieurs animaux exotiques.

Jim Zobel, spécialiste des animaux exotiques pour le Département californien du poisson et du gibier, affirmait : “En raison de tous les articles de presse, Michael se sent à présent triste pour cette créature en particulier et veut lui donner une maison”.

J. Zobel déclarait aussi que M. Jackson avait demandé des permis pour construire une nouvelle installation pour abriter Ivan et peut-être un autre gorille.

La porte-parole de MJ à Los Angeles avait déclaré ne rien connaitre de cette proposition.

Le propriétaire d’Ivan, Ron Irwin, avait peu avant refusé une offre de transfert d’Ivan au Woodland Park Zoo de Seattle, affirmant qu’il négociait avec une installation privée en Californie.

Irwin n’avait pas identifié Jackson comme le propriétaire, mais il avait décrit l’installation comme «probablement l’une des meilleures situations, sinon dans le monde certainement aux États-Unis, pour un gorille».

Chez lui en Californie, Ivan aurait eu des habitats intérieurs et extérieurs et une compagne, avait-t-il déclaré.

Mais les militants des droits des animaux (Progressive Animal Welfare Society) s’étaient aussitôt saisis de cette affaire sensible en demandant publiquement si le ranch de Neverland était vraiment le meilleur endroit pour le gorille.

Ils expliquaient que le zoo de Seattle pouvait être une meilleure option car il faudrait attendre des années pour que Michael Jackson fasse construire un complexe pour gorilles et trouve une compagne pour Ivan.

La Progressive Animal Welfare Society avait à cet effet écrit une lettre à M. Jackson lui demandant de renoncer à son offre.

Interrogé par les médias à l’époque, Homer Malaby, spécialiste des soins aux animaux de l’USDA basé à San Francisco, avait expliqué que le ranch de Neverland était régulièrement inspecté par le Département américain de l’Agriculture et qu’il obtenait de bonnes notes.

Jim Zobel déclarait pour sa part : “Il n’y aurait aucune objection à ce que cet animal soit déplacé en Californie. Il ne fait aucun doute que Michael Jackson pourrait construire les installations et qu’elles répondraient largement à nos spécifications.”

Finalement, Ivan n’est pas venu à Neverland. Des articles affirment aujourd’hui que MJ n’était pas parvenu à réunir les conditions nécessaires à son accueil.

Ivan fut brièvement confié au zoo de Seattle en 1994 avant de rejoindre peu de temps après le zoo d’Atlanta où il resta jusqu’à ses derniers jours en 2012.

Quoi qu’il en soit, de son vivant, le nom de Michael Jackson fut fréquemment associé dans les médias aux animaux qu’il accueillait dans son ranch de Neverland. En 2006, une polémique avait tenté de jeter le trouble sur leurs conditions de vie.

Vous trouverez peut être encore des articles sur des blogs anti-MJ à tendance tabloïd restés bloqués à un argumentaire datant de janvier 2006, époque où l’association PETA attaquait Michael Jackson sur le sujet. [cf. notre News du 17/01/2006]

Ce qu’ils ne vous diront pas ou minimiseront, c’est qu’à l’époque, le Département américain de l’Agriculture (News du 19/01/2006) avait envoyé un vétérinaire sur place pour enquêter et que ce dernier avait conclu que les animaux étaient en bonne santé et bien traités.

Le vétérinaire de Neverland Martin Dinnes, un vétérinaire reconnu par ses pairs, et pourtant en conflit avec la star, affirmait à son tour le bon traitement des animaux. [News du 25/01/2006]

Après le procès de 2005, les difficultés financières de Michael Jackson se sont faites plus présentes et il a dû envisager progressivement de confier ces animaux à des réserves spécialisées.

Pour ne prendre que quelques exemples, en juillet 2006, les tigres “Thriller” et Sabu” avaient été gracieusement accueillis par la réserve de Shambala (Californie) : [cf. notre News du 07/07/2006]

Tandis qu’en 2008, la réserve Banjoko Wildlife accueillait des girafes, perroquets et pythons géants du ranch de Neverland. [cf. notre News du 19/03/2008]

Réserve Banjoko Wildlife qui précisait que les animaux étaient arrivés « en bonne santé et sans signe de mauvais traitement »…

Sources : Disney + / The Seattle Times / MJLegend / MICHAELzine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *