Return to normalcy ?

“Leaving Neverland” se résume maintenant à un buzz savamment orchestré, à une succession importante de flops à travers le monde en termes d’audiences TV et à un effondrement en série des accusations à la manière d’un château de cartes.

Hauts les mains !

Jim Clemente, ex-profileur du FBI, spécialisé dans les abus sexuels, aujourd’hui écrivain et producteur, a donné son opinion sur les affaires de mœurs qui ont concerné Michael Jackson.
Dans une interview accordée à la fin du mois de mars, il a d’abord expliqué avoir regardé “Leaving Neverland” et assisté à l’interview faite par Oprah Winfrey des deux accusateurs.

L’interview de Jim Clemente a été réalisée avant les révélations sur le mensonge du train fantôme de James Safechuck. Mais même après cette révélation, sur l’inexistence de cette gare de Neverland à l’époque où James Safechuck dit y avoir été abusé, Clemente a continué à s’opposer avec un certain mépris via son compte Twitter aux affirmations des fans et aux preuves avancées.
Clemente est devenu une véritable coqueluche pour les haters : un ex-membre du FBI qui affirme que Michael Jackson était un pédophile né !

Nous ne remettons pas en cause la carrière de Jim Clemente dans le milieu judiciaire et son niveau d’expertise. Par contre, il faut savoir que Jim Clemente n’est pas un spécialiste du cas Jackson et que son argumentaire est souvent approximatif. De plus, depuis quelques années, Jim Clemente a décidé d’orienter ses activités vers les médias à travers un podcast et en tant qu’écrivain / producteur pour la série “Esprits Criminels”.

Choisir de faire du business dans les médias autour des crimes plutôt que servir le système judiciaire de son pays, c’est un choix qui nous interpelle.

Commençons d’abord par les déclarations de Clemente sur Jackson. Le raisonnement de Clemente est assez classique et reprend la technique des haters: faire passer un postulat pour un fait.

L’affirmation “Michael Jackson est un pédophile” est un postulat et non un fait.
L’idée que Michael Jackson soit un pédophile sert de point de départ à la réflexion et à toute une démonstration. Des liens sont tissés avec des comportements de pédophiles et des informations sur la star (plus tard démontrées comme fausses) sont associées à ce comportement déviant.
De l’extérieur, cela offre une certaine jubilation aux anti-MJ puisque cela donne l’impression d’une vérité qui s’impose d’elle-même.
Ce type de réflexion a l’avantage de masquer les incohérences et approximations d’un raisonnement bancal quand il s’agit de réalités humaines.

Ce type de réflexion a l’avantage de masquer les incohérences et approximations d’un raisonnement bancal quand il s’agit de réalités humaines.

Or les fans et les personnes qui veulent proposer un raisonnement honnête ont une toute autre approche. Il y a un principe fondamental, celui de la présomption d’innocence et il y a eu des procédures judiciaires contre Michael Jackson dans lesquelles sa culpabilité n’a jamais été reconnue.
Dans cette perspective, le raisonnement commence avec un fait indiscutable : Michael Jackson est innocent. A partir de là, le raisonnement consiste à chercher à vérifier les éléments avancés par des accusateurs.
Dans ce cas, la conclusion peut être différente de l’idée de départ si des preuves sont avancées et que la justice les valide.

D’un côté, les haters débutent leur raisonnement avec un postulat, de l’autre, les personnes objectives débutent leur raisonnement avec un fait.

Voici un exemple qui montre bien comment le jugement de cet ancien du FBI n’est pas aussi fiable que ça lorsqu’il concerne Michael Jackson :
Convaincu par la culpabilité de Michael Jackson, Jim Clemente était déjà intervenu dans une émission où en tant qu’expert-profileur il expliquait qu’en observant le langage corporel de Gavin Arvizo dans “Living with Michael Jackson” de Martin Bashir, il pouvait affirmer que le jeune homme était victime d’abus sexuels de la part de Jackson.

Le problème pour Clemente, c’est que…selon le témoignage de Gavin Arvizo lui-même les abus seraient intervenus après la diffusion de “Living with Michael Jackson”.

CopyKatz :

Concernant son affirmation selon laquelle, Jordan Chandler et Gavin Arvizo ont raconté des histoires qui étaient “incroyablement parallèles” sans se connaître, petit rappel pour Jim Clemente.

En mars 2003 l’avocat des Arvizo était William Dickerman. Cet avocat a envoyé des lettres à Mark Geragos, avocat de MJ, concernant la restitution de biens entreposés dans un espace de stockage et les conditions du règlement de la facture impayée de cette location.
Tom Mesereau a démontré, et Dickerman l’a reconnu, devant le tribunal en 2005 que dans ces courriers envoyés en mars et avril 2003 entre les avocats du camp Arvizo et ceux du camp Jackson, il n’est à aucun moment question d’abus sexuels, de famille retenue contre son gré à Neverland ou d’alcool donné à un enfant.

Dickerman a aussi déclaré sous serment que dans les quelques conversations qu’il a eues avec Mark Geragos à ce moment là, il n’a jamais été question de pédophilie.
En mai 2003, William Dickerman a décidé de rapprocher les Arvizo de Larry Feldman, le même avocat civil qui avait négocié le règlement de 15-20 millions de dollars pour les Chandler en 1993-1994.
A l’époque, Gavin n’avait jamais parlé de mauvais traitements à qui que ce soit, y compris à sa mère ou à Dickerman, de sorte qu’il n’y avait pour le moment aucune allégation de sévices sexuels sur des enfants par les Arvizo.
Après cette rencontre, les Arvizo ont décidé d’embaucher également Feldman et un accord a été conclu entre les deux avocats.

Feldman a décidé d’envoyer la famille Arvizo au Dr. Stanley Katz , un psychologue spécialisé dans le domaine des abus sexuels sur enfants.
Pourquoi ? Feldman a déclaré avant le procès de 2005, devant un grand jury, qu’il avait “un sixième sens” qui lui donnait à penser que Gavin “ne lui disait pas ce qui s’était réellement passé avec Jackson”…
Le docteur Katz est le même psychologue contacté par Feldman sur le cas Chandler en 1993.

Donc, on résume :
– Selon Jim Clemente, deux enfants que rien ne relie déclarent des choses similaires sur Michael Jackson.
– La réalité : la famille Arvizo choisit le même avocat que Jordan Chandler, qui lui même les envoie au même psychologue qu’il avait contacté sur l’affaire de 1993.

Mais ce n’est pas tout. Jim Clemente affirme dans son interview que Gavin Arvizo ne connaissait pas l’histoire de Jordan Chandler.

Or le Dr. Katz a déclaré dans un entretien téléphonique enregistré en juin 2003 à un enquêteur du bureau du shérif de Santa Barbara qu’il avait interrogé les Arvizo à deux reprises en mai et juin 2003.
Il a précisé qu’au cours de ces séances, à sa grande surprise, Gavin a révélé qu’il était au courant que Jackson avait déjà été accusé d’abus sexuels sur mineurs mentionnant même le nom “Jordy Chandler”.

De manière incontestable, des documents d’enquête de l’époque contredisent donc les affirmations faites par Jim Clemente aujourd’hui.

Something I Should Know :

L’affirmation de Jim Clemente : “Nous avons trouvé que Arvizo et Jordy Chandler étaient incroyablement honnêtes et qu’ils étaient des témoins fiables. Ils n’ont jamais été en présence l’un de l’autre, ne se sont jamais parlé, ils n’ont jamais su ce que l’autre avait traversé et ils ont raconté des histoires incroyablement parallèles, vous savez au point de dessiner le pénis [de Jackson] en érection avec les tâches de couleur dessus.

La réalité : Gavin Arvizo n’a parlé d’abus sexuels de Michael Jackson qu’après avoir été mis en relation avec l’homme qui possède tous les éléments du dossier de Jordy Chandler, à savoir son avocat de l’époque Larry Feldman.
Avant de rencontrer Larry Feldman, l’ancien avocat des Chandler, la famille Arvizo n’avait jamais accusé MJ de conduite inappropriée type abus sexuel, séquestration, etc.

Les déclarations de Jim Clemente font “pschitt”

Comme toute le monde peut le comprendre, Jim Clemente n’a apporté aucun élément qui prouverait ses allégations sur Michael Jackson et il ne connait pas le dossier.

De plus, le seul moment où Clemente parle du FBI qu’il connait si bien, il ne fait que redire une information connue depuis 2009.

En décembre 2009, après la divulgation officielle d’une partie du dossier FBI de MJ, Brad Garrett, ancien agent du FBI, avait expliqué sur la chaine américaine ABC : “Quand vous regardez les éléments qui ont été rendus publics, vous constatez que cela concerne des dossiers dans lesquels la police a demandé au FBI de l’aide sur certains aspects de ces affaires. Ce ne sont pas vraiment des cas opérationnels du FBI.
Par exemple, se tourner vers le FBI car ils ont une unité légale spécialisée pour [analyser] les disques durs des ordinateurs. Cela leur permet de rechercher des preuves dans les ordinateurs. Ou demander des stratégies pour l’enquête ou les interrogatoires (…).
Ce sont des fonctions d’assistance qui impliquent le FBI dans les affaires. (…) Il y a des domaines où la police a des moyens limités en expertise et en hommes et pour lesquels elle demande donc l’intervention du FBI pour les aider.

L’autre cas de figure, ce sont les cas opérationnels du FBI“.

En résumé, les enquêtes criminelles liées à Michael Jackson dépendaient de la police et non du FBI.

Il ne faut pas bien sûr tomber dans le piège des anti-Jackson qui disent que ce sont seulement 300 pages du dossier de Michael Jackson qui ont été dévoilées et qu’il en reste des centaines d’autres encore confidentielles. Comme le déclarait Brad Garrett, l’explication la plus probable serait la volonté de “protéger les personnes qui ont fourni des informations, qu’elles soient fausses ou non” au FBI.
En dévoilant seulement une partie du dossier (près de 333 pages sur un total d’environ 600 pages) , le bureau du FBI protège ses sources et ses informateurs.
Il ne publie pas non plus d’informations sur des personnes vivantes que Michael Jackson a côtoyées

Pour mieux comprendre, prenons un exemple : En novembre 2003, la police a fait l’une de ses perquisitions à Neverland. Parmi les pièces saisies, il y avait les 16 ordinateurs du ranch.
En mars 2004, le bureau du procureur du comté de Santa Barbara s’est adressé au FBI pour obtenir de l’aide dans l’élaboration d’une stratégie permettant de poursuivre Jackson en justice pour agression sexuelle contre Gavin Arvizo.
Le FBI a examiné les notes rédigées par les autorités locales et examiné les 16 ordinateurs.
Résultat de l’analyse menée par le service spécialisé du FBI dans l’analyse et la récupération de données des fichiers informatiques : rien de compromettant n’a été trouvé sur les disques durs (pas de documents pédopornographiques ni de documents accréditant les accusations des Arvizo. Rien.

C’est pas ma Fauto

Jim Clemente collabore avec d’autres individus labellisés experts, comme par exemple une dénommée Laura Richards, notamment pour son podcast “Real Crime Profile”.

Le 3 avril, Clemente a retweeté un message de Richards annonçant une de leurs émissions sur “Leaving Neverland”. Une image et un texte étaient associés à cette pub par Laura Richards : “Une image vaut mille mots. Que voyez-vous ?

On voit Michael Jackson enlaçant un James Safechuck pensif. Mais rappelons à Richards et Clemente qu’il s’agit d’un cliché extrait d’un shooting photo et lorsque le photographe demande de prendre telle ou telle pose, cela ne veut pas dire que la mise en scène choisie par lui correspond forcément à votre personnalité. C’est aussi l’œil du photographe et d’autres photos du même shooting ne donnent pas les mêmes informations.

Si Richards est à la recherche des signes de perversité alors demandons-lui “Que voyez-vous sur ces photos ?”.

Les photos ci-dessous n’ont pas été retouchées/photoshopées. Seules des flèches ont été ajoutées pour indiquer les points qui nous intriguent.

Que penser de Wade et de sa sœur Chantal à partir de cette photo ?

Wade Robson et une très jeune danseuse :

La jeune danseuse qui a posté la photo ci-dessous il y a près de 7 ans décrit Robson comme son idole. C’est triste pour elle, mais voilà…

Enfin , Laura Richards, “Une image vaut mille mots. Que voyez-vous ?” :

Comme c’est manipulé…

Des personnalités des médias comme Oprah Winfrey ont utilisé “Leaving Neverland” pour créer un écran de fumée et protéger un ami très puissant, à savoir Harvey Weinstein.

En effet, Oprah qui montre tant de compassion envers les fausses victimes Robson et Safechuck au point de promouvoir leur docu-fiction sur les réseaux sociaux, à la TV, n’a toujours pas consacré de show spécial sur son ami au coeur d’une affaire d’une envergure qui dépasse tout ce que l’on a pu connaître.

Heureusement, une partie de l’opinion ouvre les yeux et ne se laisse pas manipuler par les médias :

Oprah Winfrey a beau être une femme qui a son réseau dans les mass media et être milliardaire, le fait qu’elle salisse la mémoire d’un homme innocent comme Michael Jackson aura un impact durable sur son image.
Les internautes continuent de lui “lancer des fleurs” …

Moon walk, dance, sing and rap :

Depuis le lancement du docu-fiction “leaving Neverland”, les marques de soutien de personnalités envers MJ se sont multipliées. Et même s’il n’est pas possible de toutes les lister, en voici un aperçu.

Le rappeur Snoop Dogg via son compte instagram le 18 mai:

L’interprète de Pony, Ginuwine le 6 mars sur insta :

Le 21 février, le chanteur américain Jason Derulo associé aux stars de la K-Pop, Lay Zhang et NCT 127, mettait en ligne un vidéoclip pour la chanson “Let’s Shut up and Dance” , rendant hommage au Roi de la Pop, Michael Jackson.
En un peu plus de 3 mois, la vidéo a été visionnée plus de 27 millions de fois sur Youtube.

La chanteuse américaine Siedah Garrett (notamment co-auteure avec Glenn Ballard des chansons “Man in the Mirror”, “Keep The faith” et connue aussi des fans pour son duo avec MJ sur “I just can”t stop loving you”) a participé à un documentaire hommage “Mirroring Michael Jackson” annoncé pour la fin juin 2019.

Du côté des rappeurs humanistes (comprenez ceux qui dépassent le simple ego trip pour s’adresser au public sur des sujets du quotidien, fédérateurs d’un public de plusieurs générations et engagés dans des actions caritatives), nous avions déjà évoqué en mars Soprano qui affichait toujours son respect pour MJ.

Fin janvier lors du tournage du clip “On Trace” des Restos du Cœur, Soprano arborait un sweat “Michael Jackson’s Thriller” et lors des dates de son Phoenix Tour, les références à MJ dans une chanson, en visuel mais aussi en musique ont été conservées, malgré le bruit assourdissant de la polémique “Leaving Neverland”.

TourBus (#2) : Les rappeurs toulousains Bigflo et Oli qui cartonnent depuis plusieurs années déjà que ce soit avec les albums “La Cour des grands” (2015), “La Vraie Vie” (2017) et “La Vie de rêve” (2018), en tournée, ou sur youtube avec leur dernier clip “Sur la lune“, voient désormais la vie en grand avec des dates dans les stades. Autant dire qu’il y a du level !
Avant leur passage au Stadium de Toulouse les 24 et 25 mai, au stade de France en juin, à Paris La Défense Arena en octobre, le duo a immortalisé ce moment de leur carrière avec un titre inédit diffusé via insta et logiquement intitulé “Stade”.

Dans ce titre, si on écoute les paroles, référence est faite à Michael Jackson, un de leur idole, et à son passage au stadium :

Les paroles font allusion à cela :

De passage en Chine en avril, la danseuse japonaise Yuko Sumida Jackson (connue des fans pour ses apparitions dans les clips « Black or White » et « Ghosts » ainsi que sur le Dangerous World Tour) a partagé des pensées positives concernant le Roi de la Pop :

Lors de ses workshops, le danseur et chorégraphe LaVelle Smith continue de témoigner d’une réalité qu’il a côtoyée à de longues reprises et qu’il connait bien mieux que les sites de ragots de stars.
Même si la carrière de LaVelle Smith ne saurait se limiter à ses collaborations avec MJ, le respect d’un artiste reconnu à un moment où la facilité serait de sauter dans le wagon du buzz mensonger, c’est quelque chose d’important.

Ci-dessous LaVelle Smith à Barcelone à la mi-mai :

https://www.instagram.com/p/BxnUSkFioom/

Le danseur Salif Lasource n’a pas non plus cessé depuis le début de l’année de célébrer Michael Jackson sur des titres comme “Remember The Time”, “You Rock My World”, “Stranger in Moscow”, “JAM”,…

Casse toi Pov…kora !

Même s’il s’agit d’artistes de moins grande envergure que ceux cités précédemment, il est bon de rappeler que des chanteurs comme Matt Pokora (ancien leader des L5 et des Quadricolor, surtout connu pour son album de reprises de tubes de Claude François et sa triche lors de The Voice en 2017) et Héloïse alias Chris ont estimé crédible “Leaving Neverland”.
Inutile de préciser à l’écoute de leurs propos qu’ils ne se sont pas penchés sur les faits mais simplement sur le docu-fiction. N’accordons pas plus de place aux imbécilités développées par ces deux chanteurs même s’il serait si simple de démontrer qu’ils ont tort. Par exemple, Pokora croit que Michael Jackson embarquait pour des mois entiers les Wade Robson et James Safechuck sans leurs parents alors que ces derniers voyageaient avec MJ en compagnie de leurs parents (même lorsqu’à l”âge de 16 ans, Safechuck est venu sur le tournage du teaser d’HIStory à Budapest, sa mère était présente).
Bref, on ne va pas encore une fois développer. C’est à Matthieu et à Héloïse de se documenter au lieu de raconter n’importe quoi.

Les fans savent désormais ce que pensent ces deux chanteurs sur MJ. A chacun d’en tirer ou pas des conséquences.

La passante de la rue Morgue :

On comprend aujourd’hui qu’Héloïse, alias Christine alias Chris alias Cricri, fait partie de ces personnes qui dans les interviews (mais aussi dans la danse, les clips,…) n’utilisaient la référence à Michael Jackson que pour montrer une certaine morgue : comme pour dire aux autres avec dédain “moi je sais”, “écoutez-moi, Michael Jackson c’est ça…”.
La proposition pouvait séduire ou du moins nous faire tendre l’oreille au départ avant que Chris / Christine / Héloïse (bref, vous voyez qui) ne parvienne pas à se renouveler alors que sa carrière débute pourtant à peine.

A côté des artistes du siècle, il y a de nombreux artistes qui sont simplement de passage dans l’univers musical, comme Héloïse, comme Matt, mais en vogue à un moment donné dans les médias.

Monnaie de singe :

Pour comprendre le cirque des médias autour de Michael Jackson et leur besoin de le faire passer tout à tour, pour un dingue, un monstre et un criminel, il suffit de connaître son histoire.
Il est très facile de dire “Michael Jackson est un pédophile” et de citer des sources bidons (Adrian McManus, Jacobshagen, Jim Clemente, Diane Dimond, Dan Reed, les tabloïds, etc.).
Mais regarder en quoi le traitement obscène de Michael Jackson sur Internet et à travers le miroir déformant des médias est le reflet de nos sociétés, cela nécessite un exercice de réflexion qui fait peur aux haters.

Certes, il est possible et compréhensible que des personnes n’aient jamais adhéré de son vivant ou n’adhèrent toujours pas aujourd’hui à l’univers de Michael Jackson, à cette mise en avant de l’enfance, des animaux, de l’humanitaire, d’un monde féérique qu’il venait tantôt conforter tantôt contraster avec son oeuvre teintée de thématiques et de sons parfois déshumanisés, électroniques, urbains.

On peut ne pas aimer Michael Jackson. Chacun a sa culture, ses références. Mais ne pas comprendre les rapports entre les stars et les médias est souvent ce qui pose problème avec les personnes qui dénigrent MJ.

Les sites people deviennent alors des sources d’infos, le sensationnalisme des tabloïds est pris pour argent comptant. Les médias ne cherchent pas forcément la vérité. Ils cherchent simplement pour la plupart à surfer sur la mode du moment pour capter la vague de l’audience.

Lorsque Michael Jackson se montre avec le chimpanzé Bubbles lors du BAD Tour au Japon, bien évidemment en tant que vedette, lui et son entourage, jouent une partition qui va permettre aux médias de faire des articles surprenants ou de filmer un moment qui générera de l’audience.
Lancer des rumeurs sur Bubbles est de bonne guerre et participe au battage médiatique.


Il suffit de faire preuve d’un peu de discernement et de bon sens pour comprendre assez facilement que Jackson nous raconte une histoire tandis que les médias développent une autre version, plus propice à vendre du papier et des heures d’antenne.
Mais dans ce “jeu” qui existe entre une vedette et les médias, il y a des limites à ne pas franchir , comme par exemple les atteintes à la dignité et à l’intégrité.

Faire passer Michael Jackson pour un excentrique qui fait rénover des suites de grand standing juste pour Bubbles, un Bubbles qui règne littéralement sur l’entourage de MJ, etc. C’est une chose.

Mais accuser Michael Jackson de maltraitance animale, c’est franchir une limite.

Pourtant cette limite a été franchie car les médias avaient usé de toutes leurs histoires sur MJ avec Bubbles : on est ainsi passé de l’animal-roi à l’animal abandonné/déchu/maltraité.
Et on utilise le même diptyque “gloire/déchéance” que pour les stars elles-mêmes.

Le chimpanzé Bubbles a été exposé au public et associé à un univers lié au monde du spectacle. Il a fait l’objet d’articles dans la presse puis sur Internet , de reportages TV, voire même de livres, qui parfois participaient à la création d’un mythe et d’autres fois l’associaient à des affirmations trash.
C’est la vision diffusée par les médias. L’important est de raconter une histoire qui fait vendre.
Pour eux, la vérité n’a pas d’importance.

La réalité est ailleurs et ne sera jamais aussi vendeuse.

Au mois de mars 2019, le sanctuaire des grands singes qui accueille Bubbles a même été obligé de faire un long communiqué pour démentir les dernières rumeurs sur le chimpanzé qui a cotoyé Michael Jackson.
Saisissez-vous le degré d’absurdité dans lequel les médias entraînent ceux qui vivent la vraie vie ?
Vous travaillez chaque jour dans un sanctuaire pour animaux, avec toute la fatigue qu’implique l’entretien des espaces, le suivi des animaux, la gestion des situations complexes, la recherche de fonds pour pérenniser l’activité, etc. Et parce qu’un grand singe que vous accueillez a appartenu à Michael Jackson, vous êtes sollicités par les médias du monde entier, le singe en question fait l’objet de rumeurs les plus folles, et vous êtes obligés de prendre le temps de faire des démentis. Alors qu’à la base, ce qui vous intéresse c’est travailler pour le bien-être animal et pas entrer dans des fausses polémiques lancées par les médias pour attirer l’audience.

Extrait de la réponse aux médias de Patti Ragan, la fondatrice du sanctuaire :

http://www.centerforgreatapes.org/

Il y a des personnes qui vivent une vie normale, dont le métier consiste à s’occuper et à nourrir des animaux, à leur apporter des soins, à trouver des fonds pour faire vivre ces refuges.
Et vous avez, ceux qui se disent un beau matin, et si on titrait “Bubbles a essayé de se suicider”, “Bubbles le chimpanzé le plus riche du monde”, “Ils sont obligés de cacher à Bubbles son passé avec Michael Jackson” ? , des personnes dont l’objectif est depuis l’apparition de Bubbles aux côtés de Michael Jackson, de vendre une histoire qui attirera l’attention. Elle n’a pas besoin d’être vraie. Elle a besoin de choquer, d’interpeller, de provoquer.

Bubbles a fait l’objet des attentions les plus folles : un artiste comme Jeff Koons a exposé une sculpture représentant MJ et Bubbles (vendue ensuite 5,6 million de $ par Sotheby’s) , Netflix a même envisagé de créer un film d’animation dont Bubbles serait le héros (avant d’abandonner le projet suite au retrait du réalisateur Taika Waititi , trop occupé par le projet de film d’animation “Akira” mais aussi le long-métrage “Jojo Rabbit”).

Il y a une différence entre un “être médiatique”, ce qu’en font les médias, et ce que la personne ou l’animal est vraiment.

Être présent dans les médias n’autorise cependant pas à ce que l’on salisse la personne que vous êtes réellement.

La réalité est que Bubbles vit paisiblement dans un environnement spécialisé dans l’accueil des grands singes et que le camp Jackson participe depuis des années aux frais du sanctuaire le concernant. En 2018, à l’occasion du 25ème anniversaire du Center for Great Apes, l’Estate Michael Jackson a également fait un don de 100 000$ pour aider à l’amélioration des conditions de vie des grands singes.

Bubbles n’a pas été “abandonné” comme l’ont titré certains médias. Michael Jackson a clairement expliqué en 2002-2003 qu’il y a un âge où les chimpanzés obéissent moins et défient davantage leurs maîtres, à tel point que cela peut devenir dangereux.

Celles et ceux qui imaginent que Michael Jackson frappait Bubbles comme cela a parfois été rapporté ne connaissent rien à la force d’un grand singe. Penser que MJ serait assez idiot pour prendre le risque de provoquer la réaction violente d’un grand singe, c’est absurde.

Mais bon l’image d’une déchéance avec un Michael Jackson frappant/maltraitant le chimpanzé qui l’accompagnait publiquement et en privé, attire davantage d’audience. Même si c’est faux.

Un conflit entre les gestionnaires des affaires de MJ en 2006 et Martin Dinnes, le vétérinaire du ranch, pour le non-paiement d’honoraires et les médias évoquent des animaux vivants dans de mauvaises conditions.

Même si Martin Dinnes, qui était une référence dans son domaine, déclare à l’époque “contrairement à ce qui se dit dans les reportages, les animaux se portent bien. Je vais au ranch une fois par semaine. Je constate qu’ils vivent dans de bonnes conditions contrairement à ce qui se dit“, cela n’empêche pas les imbéciles de dire le contraire.

On se focalise sur Michael Jackson pour l’associer à toutes sortes de situations, les plus trash, car c’est ce qui fait vendre.

Nous l’avons encore vu avec “Leaving Neverland”. L’effet de surprise de ce “documentaire-poubelle” n’a pas permis d’organiser une réponse rapide et adaptée au moment où il était présenté au monde entier.
Mais dans les semaines qui ont suivi, l’analyse des faits évoqués a démontré de manière indéniable la supercherie des mensonges de Wade Robson, James Safechuck et de la mise en scène de Dan Reed.

Certains proches de MJ ou membres de la famille ne sont pas sortis du silence tout simplement car associer leurs noms à cette polémique, c’était faire davantage de publicité pour Dan Reed, c’était aussi associer leurs noms à un “documentaire-poubelle”.

Le fait que l’opinion publique n’ait pas été convaincue par les allégations de Reed, Robson, Safechuck mais aussi qu’à part au Royaume-Uni, “Leaving Neverland” ait enregistré des audiences TV mauvaises et parfois même confidentielles, montre qu’il y a une majorité silencieuse pro-Jackson.

Exactement comme dans la polémique autour de l’école Gardner Street à Los Angeles : quelques parents d’élèves et des membres de l’équipe éducative souhaitaient après la diffusion de “Leaving Neverland” débaptiser l’auditorium “Michael Jackson”. Un vote a été organisé.
Cela a fait beaucoup de bruit. Au final, la majorité a estimé que le nom de Michael Jackson devait continuer à apparaitre en grandes lettres sur ce bâtiment de l’école.

Tout ça pour ça…

Peut être que dans un avenir proche , nous aussi, fans, nous ne passerons plus notre temps à tout démentir. A chaque polémique les anti-Jackson sont balayés par l’épreuve des faits et une opinion publique qui ne croit pas les ragots malgré le matraquage des médias.
Vivre notre passion, parler de la musique de Michael Jackson, l’écouter et la promouvoir, c’est aussi une manière de s’opposer à des personnes qui racontent n’importe quoi sur lui.

Quand on voit des blogs et des médias qui suivent pendant des années les aventures de Michael Jacobshagen et le croient sur parole raconter sa longue relation avec Michael Jackson alors qu’il n’a rencontré la star que pendant une journée, comme cela a été démontré, qu’il est connu par la police allemande pour réaliser de fausses notes manuscrites de MJ, ou que des médias acceptent sans sourciller les déclarations d’Adrian McManus, femme de ménage condamnée pour vol à Neverland et qui a reconnu sous serment en 2005 ses liens avec différents tabloïds mais aussi le fait que ce qu’ils écrivaient dans leurs colonnes ne correspondait pas à une réalité, alors on a envie de laisser ces anti-jackson perdre leurs temps.

Cela ne nous empêchera pas d’exercer notre force d’influence ponctuellement par des campagnes d’information et de boycott.

Documentaires :

Plusieurs documentaires intéressants sur Michael Jackson seront prochainement diffusés. Ils offrent l’intérêt de proposer des interviews exclusives de personnes qui ont cotoyé Michael Jackson. En plus de “Mirroring Michael Jackson” (juin 2019) évoqué plus haut, un autre documentaire se focalisera quand à lui sur ses actions humanitaires. Intitulé “Humanitarian – The Real Michael Jackson”, il sera disponible sur facebook et Youtube le 25 juin :

Egalement diffusé gratuitement sur Internet le 25 juin, le documentaire “The Man Behind The Dance” dans lequel à l’occasion des 10 ans de la disparition de MJ, LaVelle Smith raconte son ami et collaborateur à travers notamment des vidéos personnelles inédites.

https://www.themanbehindthedance.com/

Autre documentaire, celui réalisé par Marcos Cabotá, est prévu pour le courant 2020. Il comportera des interviews inédites de personnalités qui ont travaillé avec MJ en studio.

Autre documentaire non diffamatoire, celui que vous pourrez découvrir sur TMC le 4 juin à 22h50 et intitulé “QUI A TUE MICHAEL JACKSON ? – 10 ANS DEJA

MJLegend
Sources : MJJ TOP News / Twitter / insta / facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *