Négociations en studio

La réalisation de chansons en studio se résume souvent dans l’esprit du grand public aux étapes composition/enregistrement/mixage mais il y a aussi une étape-clé qui détermine la couleur musicale du projet : les collaborations.

Que ce soit pour la production, les duos, la co-écriture, la mise en place de ces associations d’artistes est parfois la partie plus complexe à achever. Il y a des questions d’exclusivités contractualisées par les labels, la répartition des droits d’auteurs mais aussi l’ego des artistes qu’il faut d’autant plus ménager que leur succès est grand.

Beaucoup d’amateurs de sons en provenance des USA se demandent comment il est possible que Dr Dre et Michael Jackson n’aient jamais collaboré ensemble.

Il y a quelques jours, le rappeur Kokane a peut être livré une partie de la réponse en expliquant :”En 1990, Dr Dre a samplé Billie Jean de Michael Jackson pour [mon] album. Ruthless [Records] avait alors demandé à Michael d’autoriser l’utilisation de sa chanson, et le chanteur a répondu: ‘Dr Dre peut utiliser la chanson pour son projet, si Dr Dre produit 6 sons pour mon projet, gratuitement.

Bien évidemment, Dr Dre et Ruthless ont rejeté le compromis proposé par le camp Jackson qui n’allait pas du tout dans le sens de leurs intérêts (c’est le moins que l’on puisse dire !).

En juillet 2019, le DJ/Producteur Tony A. avait pour sa part expliqué “Madonna et Michael Jackson voulaient que Dre produise des chansons pour eux. Laissez-moi-vous dire pourquoi il ne l’a pas fait. Pas seulement parce qu’il était exclusivement signé chez Eazy (Ruthless Records, ndlr) , mais il travaillait sur tellement d’autres projets qu’il ne le pouvait pas. Il n’avait pas le temps.“.

A l’époque des sessions d’enregistrement de l’album “Invincible”, Dr Dre avait expliqué dans les médias avoir reçu une proposition de l’équipe de MJ pour produire des titres pour ce nouvel album mais qu’il avait décliné l’offre car il préférait travailler avec des artistes qu’il avait lui-même lancés.

N’oublions pas non plus qu’entre les albums “Dangerous” et “Invincible”, l’affaire Chandler était passée par là en associant une image négative à Michael Jackson, une image peut être pas du goût de Dre, habitué à la controverse mais pas de cette nature.

Quoi qu’il en soit, l’explication de la non-collaboration entre Dr Dre et Michael Jackson est sans doute à la croisée de tout cela, entre question de timing, de droits et d’egos.

Cela n’a pas empêché Dre de bâtir son imposant empire autour de sons US tandis que MJ était de nouveau propulsé aux sommets dans le monde entier pour “Dangerous” (1991) avec notamment les géniales productions du jeune Teddy Riley et 4 ans plus tard avec l’extraordinaire album “HIStory” (1995).

Sources : kokane / booska-p.com / adramatichiphop.com / MICHAELzine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *