MICHAELzine, le fanzine français gratuit consacré à Michael Jackson -------- Choose your language FR GB

By

Avec la diffusion dans le monde entier du pseudo-documentaire « Leaving Neverland », une nouvelle ère s’ouvre devant nous.

Une époque où il est de nouveau nécessaire pour les fans d’aller au combat pour défendre Michael Jackson contre les mensonges qui vont être diffusés par les médias de masse.

Les mensonges qui n’ont pas réussi à obtenir gain de cause devant la justice américaine après plusieurs années de procédure (depuis 2013) et un jugement sans équivoque en décembre 2017, ont décidé d’emprunter une nouvelle voie : la diffamation à travers les médias.

Contrairement, à ce que racontent de nombreux médias, Wade Robson et James Safechuck ne sont pas des victimes qui n’ont pas obtenu réparation à cause d’un délai de prescription.
En réalité, il y a eu 4 ans de procédures judiciaires et au final le juge n’a pas été du tout convaincu.

Extrait d’une fausse information du site leparisien.fr du 2 mars 2019 :

idem sur le site lemonde.fr du 3 mars 2019 :

idem sur le site people.bfmtv.com , le 5 mars 2019 :

Aux Etats-Unis, selon la loi, pour porter devant les tribunaux un abus sexuel survenu dans son enfance, une personne a jusqu’à son 26ème anniversaire. Wade Robson avait dépassé cet âge quand il a décidé de porter une affaire devant les tribunaux sans que la police ou la justice n’aient jamais auparavant corroboré ses propos.

Il dit avoir retrouvé tout d’un coup la mémoire d’abus sexuels survenus il y a près de 30 ans. (En réalité, la mémoire lui est revenue peu de temps après que l’Estate Michael Jackson ait refusé de lui accorder la direction d’un show consacré à Michael Jackson à Las Vegas).

La limite d’âge étant donc dépassée, la seule possibilité pour lui d’obtenir un procès, la seule exception faite par la loi, est qu’une tierce partie, non auteure des faits, connaissait ou avait des raisons de connaître un comportement sexuel illégal de son employé / représentant / agent et qu’elle n’ait pas pris les mesures raisonnables pour l’empêcher.

Wade Robson a donc choisi cette direction. Dans les audiences au tribunal, lui et ses avocats ont donc cherché à décrire les compagnies de Michael Jackson, comme par exemple MJJ Productions, comme organisant un système de pédophilie pour « fournir » la star.

Bien sûr, il n’y a là rien de vrai. Mais vous l’avez compris c’est le seul moyen pour lui d’attaquer l’Estate Michael Jackson en justice pour obtenir l’argent qu’il veut tant.

Voilà pourquoi ses déclarations , celles que vous entendrez dans les médias, ou ce que vous lirez quand nous feront un retour sur les audiences du procès que Robson et Safechuck ont à ce jour perdu, décrivent un système organisé autour de Michael Jackson. S’ils attaquaient en justice l’Estate sans accuser les sociétés de MJ, leurs plaintes auraient été refusées dès le début.

Par exemple, Wade Robson affirme que le concours de danse qu’il a remporté en 1987 et pour lequel le gagnant pouvait notamment rencontrer Michael Jackson afin que celui-ci salue le vainqueur a » été orchestré à dessein par MJJ Productions et MJJ Ventures » comme « un mécanisme (…) pour acquérir des victimes mineures » pour les abus sexuels de Michael Jackson ».


Transcriptions du procès – source : dailymichael.com

Mais Joy Robson, la mère de Wade a fait devant le tribunal en 2016 une déclaration bien loin des attentes de son fils. Elle a expliqué que le concours de danse était organisé par l’entreprise de distribution Target, Pepsi et CBS Records.
En réalité des sociétés indépendantes que Michael Jackson ne contrôlait pas.

Joy a précisé que Michael Jackson n’était pas présent lors du concours de danse et qu’après leurs rencontres en Australie, ils n’ont plus été en contact avec la star pendant plus de deux ans. M. Jackson n’a pas répondu à leurs courriers.

En 1989, Joy Robson contacté les chaines de télévisions australiennes pour avoir une adresse où elle serait sûre d’entrer en contact avec Jackson. C’est ainsi, après une série d’appels téléphoniques, qu’elle a eu l’adresse de MJJ Productions avant le départ d’elle et sa famille pour les États-Unis en janvier 1990. Mais cette adresse ne leur a jamais été donnée par Michael Jackson ou ses sociétés.

On peut se poser la question, le « prédateur » Michael Jackson décrit par Wade Robson a-t-il traqué l’enfant qu’il était ? La technique serait, assez étrange : ne pas répondre aux courriers, ne maintenir aucun contact avec l’enfant.

Les déclarations de Joy Robson montrent sans ambiguïté que c’est la famille Robson qui a cherché à plusieurs reprises à rester en contact avec Michael Jackson et non l’inverse. On s’éloigne du schéma type les sociétés de Michael Jackson organisaient des événements pour enfants qui étaient en fait destinés à lui fournir de jeunes enfants pour ses abus sexuels.

On a plus l’impression que c’est la famille Robson qui a couru après Jackson…

D’ailleurs, elle a aussi déclaré qu’elle et sa famille, y compris Wade, n’avaient été en 14 ans que 4 fois à Neverland en présence de Michael Jackson. Toutes les autres fois, il n’était pas avec eux dans le ranch.

Quand il est resté aux Etats-Unis, Wade Robson a été signé sur le label MJJ Music et il formait avec DeWayne Turrentine Jr le duo « QUO » qui a sorti un album en 1994.
En 2013, quand Robson a rendu publiques ses allégations contre Michael Jackson, DeWayne Turrentine Jr s’est dit sur facebook « choqué », d’autant qu’il a « passé une bonne partie de [son] enfance » avec Wade via le groupe « QUO » . Il ajoutait pour clarifier les choses qu’il n’avait que des bons souvenirs de Michael Jackson et qu’il ne lui avait « JAMAIS rien fait ».

Pour Safechuck comme pour Robson, la police n’a jamais validé leurs allégations (et encore moins la justice). C’est quelque chose que les médias oublient de mentionner.

Quand on connait le contenu des audiences, la personnalité de Wade Robson et son parcours, mais aussi James Safechuck, les choses sont assez limpides : les contradictions sont multiples, certaines affirmations sont fantaisistes, les membres de la famille de Robson , sans le vouloir, contredisent devant le juge de nombreux éléments avancés par Wade, etc.

Un petit exemple parmi de nombreux autres. Rappelons que dans le procès, il s’agit d’établir des faits et d’éviter les histoires fantaisistes, pour savoir qui était à quel endroit, etc.

La mère de Robson a déclaré que lorsque sa famille a quitté l’Australie pour venir aux Etats-Unis, elle avait rencontré Michael Jackson dans un studio d’enregistrement. Elle déclare qu’à ce moment là, en 1990, la rencontre s’est passée au studio Record One où Michael Jackson enregistrait « Liberian Girl » en présence du producteur.

Où est le problème? En fait, « Liberian Girl » figure sur l’album « BAD » commercialisé en… 1987 !

Même lorsque MJ a rencontré pour la première fois Wade Robson, en 1987 c’était pendant le passage du BAD Tour en Australie. La chanson était déjà enregistrée et commercialisée…

Quand il l’a revu aux Etats-Unis, la chanson était déjà sortie sur l’album BAD depuis presque 3 ans.

Il est normal de se poser des questions sur la mémoire reconstruite des Robson…

Il faut être clair, soit vous vous rappelez de ce qui s’est passé soit vous racontez n’importe quoi.

Et le procès Robson/Safechuck est truffé d’inexactitudes dans les témoignages des accusateurs qui ont rendu peu crédibles leurs argumentaires devant le juge. Et il y a quelques « pépites » que nous évoquerons prochainement.

Malheureusement, aujourd’hui, nous sommes dans une situation où « le mensonge court des sprints, (et) la vérité court des marathons. »

Pendant que vous allez entendre des affirmations bidons sur Michael Jackson dans l’actualité de la part de personnes qui ne connaissent rien au dossier ou ne font aucunes recherches, les émissions en lien avec « Leaving Neverland », nous allons rédiger des contenus à travers différents supports pour démonter un à un les mensonges de Rosbon/Safechuck/Reed.

Diffamer, c’est très simple, ça prend quelques secondes. Démontrer à partir de faits qu’il s’agit de mensonges, cela prend du temps. Même lorsque l’on connait les réponses. Il faut revérifier les sources, adapter la réponse, etc.

Que ce soit sur le site mjlegend.com ou michaelzine.com, nous combattrons les mensonges. . Mais faire le travail que ne font pas les journalistes (qui pour la plupart ne vérifient pas leurs sources ou les informations quand il s’agit de Michael Jackson), cela nécessite un délai.

A travers les médias, que ce soit la presse, la télévision, Internet, vous allez être submergés par une vague d’affirmations diffamatoires à l’encontre de Michael Jackson, que ce soit avec le film « Leaving Neverland » mais aussi les interviews de Dan Reed, Wade Robson et James Safechuck, les émissions spéciales qui leur seront consacrées.

Cette vaste opération de désinformation a essentiellement pour objectif de ne pas trop interroger les accusateurs sur la véracité de leurs allégations ou le réalisateur sur son documentaire qui n’offre qu’un seul point de vue sans jamais donner la parole aux personnes mises en cause.

Ainsi, un exemple parmi tant d’autres, Brett Barnes et Macaulay Culkin sont cités comme des victimes dans « Leaving Neverland », ce qui est absolument faux. Ils ont toujours démenti une conduite inappropriée de Michael Jackson envers eux. Mais le réalisateur Dan Reed n’a pas voulu les interroger.

Robson ne peut pas se prévaloir d’avoir dans son camp Brett Barnes, Macaulay Culkin, Jonathan Spence.

Quoi qu’il en soit le camp Robson/Safechuck a fait appel du verdict qui ne valide pas du tout les allégations qu’ils font et diffusées à présent dans « Leaving Neverland ».

Dans l’attente de cette nouvelle décision de justice, « Leaving Neverland » sert à Robson et Safechuck pour faire un appel déguisé à d’autres personnes qui voudraient joindre leur cause (avec en perspective les millions de dollars de l’Estate à se partager). Ainsi, dans une interview sur CBS, Wade Robson a fait un appel du pied à Gavin Arvizo , qu’il souhaite « pouvoir aider pour que justice lui revienne ».

Pour rappel, en juin 2005, après 2 ans d’enquête et 3 mois de procès, la justice a considéré que la famille Arvizo avait menti et elle a reconnu l’innocence de Michael Jackson.

Quant aux vrais amis de Michael Jackson, ils ont démenti et pour certains, cela fait déjà plusieurs années, ces rumeurs bidons :

Brett Barnes a clairement dit que les affirmations de Robson et Safechuck étaient des mensonges. Aux dernières nouvelles, il va porter plainte contre HBO car dans le documentaire il est affirmé qu’il a été victime d’abus sexuels. Brett Barnes ne veut pas que son nom soit associé aux mensonges de Robson et de « Leaving Neverland ».

Macaulay Culkin a toujours démenti ces affirmations faites par des personnes en lien avec des tabloïds comme par exemple en 2004 :

Emmanuel Lewis a lui démenti peu de temps après le début de la polémique autour de « Leaving Neverland » un comportement inapproprié de MJ.

Omer Bhatti traine assez souvent avec Prince et Paris Jackson et il n’a jamais déclaré avoir été « victime » de Michael Jackson.

Frank Cascio a dénoncé « Leaving Neverland » et s’est étonné de ne pas avoir été contacté par Dan Reed pour répondre à ces accusations contre Jackson

Aaron Carter a quant à lui envoyé un petit message à Robson… (Source : MJJ Top News : https://www.facebook.com/groups/MJJTopNews/ )

En réalité, Wade Robson et James Safechuck sont seuls et à ce jour ils n’arrivent pas à trouver d’autres personnes pour mentir sur Michael Jackson et se présenter comme « victimes ». Dans le documentaire, ils citent donc Brett Barnes, Macaulay Culkin comme victimes mais c’est un mensonge. En faisant un appel du pied à Gavin Arvizo lors d’une interview à CBS, Robson utilise une méthode mise en place par ses avocats.. Il va à la « pêche aux victimes », en faisant miroiter de possibles gains à l’issue du procès, en espérant que dans le lot des personnes le rejoindront lui et Safechuck.

Mais il sait aussi harceler des amis de Michael Jackson que son camp présente comme des victimes du chanteur.

Il faut savoir que lors du procès, les avocats de Wade Robson ont harcelé un dénommé Jonathan Spence pour qu’il vienne témoigner. Mais Jonathan Spence n’a jamais porté d’accusations contre Michael Jackson et ses avocats ont dénoncé auprès du juge le harcèlement du camp Robson. Spence a même demandé au juge à ce que Robson rembourse ses frais d’avocats.

En clair, vous avez plus de personnes qui ont côtoyé Michael Jackson et qui disent que la star n’a jamais eu un geste inapproprié que d’accusateurs.

Déclarations de Karen Faye, la maquilleuse personnelle de Michael Jackson, suite à la sortie de « Leaving Neverland » :

Ces accusateurs étant bien seuls après leur échec devant la justice, ils ont besoin de faire croire qu’il y a d’autres personnes. La justice doit examiner l’appel du verdict du camp Robson et en cas d’échec sans nouvelles « victimes » dans les bagages de ses avocats, cela en est fini pour lui de l’espoir de prendre de l’argent à l’Estate via un procès.

Après avoir engendré chaque année des centaines de millions de dollars de bénéfices depuis la mort de Michael Jackson, l’argent de l’Estate attire les convoitises et plusieurs plaintes notamment en lien avec des copyrights ou d’anciens contrats ont été l’occasion pour certaines personnes de « tenter leurs chances ».

Ne soyez pas dupes : la popularité de Michael Jackson a toujours gêné dans les médias , notamment anglophones, et certains artistes, certaines personnalités voudraient le voir disparaître à jamais car le public s’intéresse à lui plutôt qu’à leur business. Ceux qui connaissent l’HIStoire savent.

Ainsi, au grand dégoût de Brandi Jackson, la nièce de MJ, par exemple « The Oprah Magazine », fondé par Oprah Winfrey estime qu’il faut dire adieu à Michael Jackson une fois pour toute :

Au cours d’une interview, Dan Reed, le réalisateur de « Leaving Neverland » a comparé Michael Jackson au tueur en série américain Ted Bundy et à Adolf Hitler :

De la jalousie, du racisme, du snobisme, de la haine, des humiliations voilà ce que les fans observent depuis qu’ils suivent Michael Jackson et voilà aussi pourquoi ils ne sont pas surpris par ce qui arrive aujourd’hui.

Si au plein cœur de la tempête, vous ne nous voyez pas, ne pensez pas une seconde que nous avons quitté le navire. Demandez-vous plutôt ce que nous sommes en train de préparer pour appuyer la défense de Michael Jackson et combattre à vos côtés ces démons.

Pour terminer, une fois n’est pas coutume, nous allons citer le commentaire publié sur le site leparisien.fr par un internaute et qui, selon nous, résume bien une partie de la situation :

——–

Une vidéo d’actualité comme indiqué dans la dernière communication de l’Estate :

——–

Quoi qu’il en soit, nous vous invitons à suivre les sites et podcasts du collectif MJFactuel . Ils est indiscutable que ce groupement de fans connait bien mieux Michael Jackson que la plupart des journalistes, spécialistes musicaux ou émissions people qui vont vous parler de « Leaving Neverland » dans les prochains jours.

Cette plateforme d’information regroupe les sites MJStreet, MJFrance, MJBackstage, MJLegend, l’association On The Line, On MJFootsteps, Salut Les Fans et Hector Barjot. Son objectif est de fournir aux médias, au grand public et aux fans des informations 100% factuelles et décrypter les news concernant la sortie de “Leaving Neverland”. Elle va vous être très utile.

https://www.facebook.com/MJFactuel/

La lettre du 18 février du collectif à M6 concernant la diffusion de « Leaving Neverland » :

lettream6

About the Author

Related Posts

L ‘Estate vous permet-il de vivre votre passion pour Michael Jackson en sortant le coffret « This...

Roslyn Witz Cohen et sa famille ont fréquenté Michael Jackson de 1997 à 2009. Elle a tenu à réagir...

Dans une nouvelle vidéo de « Salut les Fans » intitulée « J’accuse ! Leaving Neverland – le récit...

Leave a Reply